Astérix et la transitalique : la couverture

Astérix et la transitalique : la couverture 2017-10-09T14:52:40+02:00

Le coup de crayon de Didier Conrad nous plonge d’emblée dans l’univers de l’album. Pins parasol, architectures antiques, voies romaines, les décors majestueux de l’Italie antique s’offrent à nous, ce qui ne sera pas pour déplaire à Albert Uderzo, d’origine vénète !

Retrouver le dynamisme, la finesse de trait, et l’humour qui font la potion magique des couvertures d’Astérix n’a pourtant rien de simple, comme le confie Didier Conrad : « Réaliser une couverture d’album est tout un art », nous raconte-t-il. « Cela peut paraître évident, mais résumer l’univers de toute une saga, rendre hommage à des personnages connus de tous et révéler les nouvelles têtes, dégager les thématiques de la nouvelle histoire tout en apportant un certain type d’humour propre à la tradition « Goscinny et Uderzo », le tout en un dessin unique, croyez-moi, c’est un véritable casse-tête ! ».

Le décor est désormais planté, et le doute n’est plus permis : c’est bien une course de chars, menée tambour battant par nos héros, qui est au coeur de cette nouvelle aventure !

Alors attelez les chevaux et faites rutiler les chars : Astérix et Obélix vous emmènent à un rythme effréné dans leurs nouvelles aventures italiennes. Pardon, leurs nouvelles aventures italiques !!!